Temples et lieux sacrés pour les anciens Grecs

| DIVERTISSEMENT
Temples et lieux sacrés pour les anciens Grecs
Source:listas.20minutos.es
De magnifiques œuvres d'art parmi lesquelles se trouvent 2 merveilles du monde: le temple d'Artémis à Éphèse et le temple de Zeus à Olympie, ainsi que d'autres comme le Parthénon ou l'Oracle de Delphes.

TOP 23:
LE TEMPLE D'ASCLEPEION
LE TEMPLE D'ASCLEPEION
Dans la Grèce antique, un Asclepeion (ou asklepieion) était un "temple de guérison", consacré au dieu Asclepius. Vers 300 a. C., le culte d'Asclepius est devenu de plus en plus populaire. Les pèlerins se sont rendus à Asclepeia en grand nombre pour être guéris. Ils dormirent toute la nuit et racontèrent leurs rêves à un prêtre le lendemain. Il a prescrit un traitement, souvent une visite aux toilettes ou à une salle de sport. Depuis que les serpents étaient consacrés à Asclepius, ils étaient souvent utilisés lors de rituels de guérison. Les serpents non venimeux étaient autorisés à ramper sur le sol des chambres à coucher où dormaient les malades et les blessés.

TOP 22:
LE TEMPLE AFEA
LE TEMPLE AFEA
Le temple d'Afea (parfois translittéré à tort par Afaia), d'ordre dorique, est l'un des trois temples du triangle sacré du Parthénon, de Sunion et d'Afea. Il est situé sur l'île argosarónica d'Égine. Il fut longtemps considéré comme le temple de Zeus Panhellenic, plus tard à partir d'Athéna. On l'appelle encore parfois «Athena Afea». Il date de la fin du sixième siècle a. C. ou du début du 5ème siècle avant JC. C. Il est considéré comme étant entre la période archaïque et l'art grec classique. Ses célèbres frontons sont conservés dans le Glyptotek à Munich.


TOP 21:
LE TEMPLE DE LA CORINTHE
LE TEMPLE DE LA CORINTHE
Jusqu'à la dernière décennie du XIXe siècle, le seul et important monument qui se trouvait sur la place, au pied de l'Acrocorinthe, était en réalité un monument archaïque: un temple dorique de grandes colonnes monolithiques, actuellement identifié au temple d'Apollon.

TOP 20:
LE TEMPLE D'APOLO EPICURIO À BASSAE
LE TEMPLE D'APOLO EPICURIO À BASSAE
Le temple d'Apollo Epicure a été érigé dans un lieu appelé Bassæ (grec ancien, Βάσσαι; grec moderne Βάσσες, qui signifie "les ravins"), sur le mont Cotilo, situé à huit kilomètres au nord-ouest de la ville péloponnèse de Figalia, dans l'ancien Arcadia et à sept kilomètres au sud de la ville moderne d’Andritsaina. La beauté de ce temple nous a légalement laissé après notre visite à Pausanias. Le temple de Basas a été daté de 450 av. C. au début du quatrième siècle avant notre ère. C. Ouvrage de l'architecte Ictino, encadré dans les travaux de reconstruction du temple précédent, datant d'environ 500 ans av. C. Pausanias lui-même dit que le surnom d'Épicure est dû à l'aide d'Apollon dans la peste qui a dévasté Figalia à l'époque de la guerre du Péloponnèse. L'image en bronze du dieu, d'environ 3,5 mètres de haut, a été transportée à Mégalopolis depuis Figalia pour orner le temple d'Apollon de cette ville, mais au temps de Pausanias, il ne restait que les colonnes du temple.

TOP 19:
LE TEMPLE D'APOLLO À DIDYMA
LE TEMPLE D'APOLLO À DIDYMA
Dídima est une ancienne ville d’Asie Mineure, célèbre pour son sanctuaire oraculaire d’Apollon, le Didim moderne (en Anatolie, en Turquie). Le temple hellénistique d’Apollon a une taille de (118 mx 60 m) sans comparaison, en Jonia, avec celui de Hereo de Samos et avec le temple d’Artemis d’Éphèse. C'est parmi les grands bâtiments de l'Antiquité aujourd'hui mieux conservés.


TOP 18:
LE TEMPLE DE HERA À PAESTUM
LE TEMPLE DE HERA À PAESTUM
Le temple d'Héra ou Heraion de Paestum, l'ancienne Posidonie grecque, construite vers 550 av. Par les colons grecs, c'est le plus ancien temple de l'ancienne cité gréco-romaine. Les archéologues du 18ème siècle l'appelaient "la basilique", parce qu'ils croyaient à tort qu'il s'agissait d'un édifice romain. À l'époque romaine, une basilique était un édifice civil et non religieux. L'étude de ses inscriptions a révélé que la déesse Héra y était vénérée. Plus tard, un autel extérieur a été découvert, à l'avant du temple, lieu habituel où les anciens Grecs placaient les autels afin que les fidèles puissent assister aux rites et aux sacrifices sans entrer dans la cella.

TOP 17:
L'OLIMPEION
L'OLIMPEION
Le temple de Zeus Olympien, également connu sous le nom de Olimpeion (grec Ναός του Ολυμπίου Διός, ou dieu Naos tou Olimpiou), est un temple situé à Athènes. Bien que commencé au VIe siècle av. C., il n'a pas été terminé avant le règne de l'empereur Hadrien au deuxième siècle. À l'époque hellénistique et romaine, c'était le plus grand temple de Grèce.

TOP 16:
LE TEMPLE DE SEGEST
LE TEMPLE DE SEGEST
Le temple inachevé dorique hexagonal de Ségeste (à partir de la fin du Ve siècle av. J.-C.) est construit sur un sommet, juste à l'extérieur de la ville de l'ancienne Ségeste, avec une très belle vue sur la vallée. Il s'agit de l'un des temples grecs les mieux conservés. Sûrement pour plusieurs raisons à la fois: pour son isolement au sommet d'une colline, sans tentation de l'utiliser comme matériau de construction local, et parce qu'il n'a jamais été profané parce qu'il n'avait pas été achevé, ce serait un temple périphérique s'il n'avait jamais eu de navire l'entourant, mais il n'a jamais été posé sur un toit, et ses colonnes restent brutes, attendant d'être striées.


TOP 15:

Le fer

Le fer
Le temple d'Héra à Olympie (le Hereo) était un bâtiment périphérique (entouré de colonnes sur les 4 côtés) de six colonnes sur seize. Sa plante était divisée en pronaos, cella et le plus vieil opistodome connu, qui conservait ses colonnes "en antis" à ses extrémités (lorsque les murs latéraux de la cella étaient entourés de 2 colonnes). Ses murs étaient encore en pisé (bien que elles reposaient dans un socle en pierre d’un mètre de haut) et leurs colonnes originales ont été construites par des troncs d’arbres qui ont été remplacés dans les siècles suivants par des troncs en pierre. Bien que nous le sachions encore au deuxième siècle avant notre ère. C. certains des primitifs sont restés, puisque Pausanias a cité comme curiosité l’une des colonnes de chêne vert des opistodomes.

TOP 14:

PROPYLAEA

PROPYLAEA
Propylaea, également connue sous le nom de Propylaea, Propylea ou Propylaia, est l'entrée monumentale de l'Acropole d'Athènes, composée d'un grand passage couvert, construit dans le cadre du programme monumental de Périclès entre 437 av. C. et 431 a. C.

TOP 13:

LE TEMPLE D'ATHÈNES NIKÉ

LE TEMPLE D'ATHÈNES NIKÉ
Le temple de Niké, ou Athena Victoriosa (Αθηνάς Νίκης), commémore la victoire sur les Persans lors de la bataille de Salamine (448 av. J.-C.). L'idée de sa construction dans l'Acropole d'Athènes, est apparue dans 449 à. C., après la paix avec les Perses. Cependant, Pericles s'est opposé à la construction de la même et les travaux n'ont été commencés qu'à partir de 421 a. C., déjà commencé la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.). Le projet a été confié à Calícrates (Καλλικράτης), un architecte qui a également collaboré à la construction du Parthénon, en collaboration avec Ictino, qui a conçu un temple de l'ordre ionique qui devait s'adapter au petit espace qui lui était attribué: un bastion (tour) Propylées, qui domine l'ascension de l'Acropole. À l'intérieur, il y avait un xoanon, une image d'Athéna personnifiée par Niké, ou une déesse ailée, symbole des victoires navales, à laquelle les ailes étaient coupées (aptera signifie sans ailes) afin qu'elle ne puisse jamais quitter la ville. Mais le temple n'était pas destiné à de grandes réunions, pour cela il avait un autel en face qui permettait de célébrer des cérémonies en plein air.


TOP 12:

LE TEMPLE DU CONCORD

LE TEMPLE DU CONCORD
Le temple de la concorde est l'un des mieux conservés de l'Antiquité grecque, avec l'héphaestion (Thessalonique) d'Athènes et le temple de Poséidon à Paestum. C'est l'une des réalisations les plus parfaites de l'architecture dorique. Il est périphérique avec 6 × 13 colonnes et mesure 16,92 × 39,44 m. Il reçoit son nom pour une inscription en latin trouvée près du temple, qui contenait le mot latin "concord". Pour le moment, on considère que les Dioscuros pourraient en réalité être consacrés, car on croyait qu'à l'époque des Grecs, deux divinités avaient été honorées là-bas. Il a été construit dans les années 440-430 à. C. Les inégalités du terrain sur lequel il est construit sont surmontées par un important sous-sol (krépis). Son plan correspond à la forme la plus classique des temples d'Agrigente: pronaos, naos, opistodomos et péristilo. Le temple de la concorde est, de tous ceux d’Agrigente, le plus précisément construit. Le problème des extrêmes inhérents aux temples doriques (conflit entre la régularité des métopes et des triglyphes d’une part et l’espacement régulier des colonnes de l’autre) a été résolu de manière inhabituelle: en même temps le rétrécissement du espace entre les deux dernières colonnes et l'extension du dernier métope, pour un meilleur effet visuel.

TOP 11:

LE TEMPLE D'Aphrodite

LE TEMPLE D'Aphrodite
Le temple d’Aphrodite Urania a été découvert en 1981 dans la partie nord-ouest de l’Agora d’Athènes, de l’autre côté de la Via de las Panateneas. Les fouilles ont permis de dater le bâtiment vers l'an 500 a. C. Un autel a été identifié par la forme du monument, par les cendres et les ossements trouvés lors des sacrifices. On suppose que l'autel a été dédié à Aphrodite, puisque Pausanias mentionne un autel dédié à Aphrodite Urania dans cette enclave, deux fragments de reliefs en marbre soutenant cette thèse.

TOP 10:

L'HEFESTION

L'HEFESTION
Hephaestion (en grec Ηφαιστείον) ou temple d'Héphaïstos et Athéna Ergané ou Teseion (en grec ησείον) est un temple dorique périphérique, situé au nord-ouest de l'Agora d'Athènes, au sommet de la colline nommée Agoreo. Du septième siècle à 1834, c'était une église chrétienne. Aucun vestige d'un bâtiment antérieur n'a été retrouvé et il ne s'agit donc pas d'une reconstruction d'un bâtiment après la destruction de la Perse à Athènes pendant les guerres médicales. Le temple témoigne d'une richesse particulière d'ornements sculptés. Gardez le toit à pignon avec un fronton qui ne contient plus d’ornement. C'est hexástilo et ses colonnes d'ordre dorique.

TOP 9:

LA THÉION DE DIONISO

LA THÉION DE DIONISO
Le théâtre Dionysos était le plus grand théâtre de la Grèce antique, situé au pied de la partie nord de l'Acropole d'Athènes et faisant partie du redoutable Dionysos. Dédié comme son nom l'indique au dieu des vignes et du théâtre, Dionysos, les prières autour de l'autel des temples étaient initialement représentées en l'honneur du dieu et les spectateurs s'asseyaient à leurs côtés, jusqu'à ce qu'ils évoluent dans les tragédies classiques de Eschyle, Sophocle, Euripide et Aristophane. Vers l'an 407 a. C. la coutume était qu'après la représentation une satire, le temps des représentations a été prolongé à environ six heures et l'entrée était chère. Il a été construit au 6ème siècle avant JC. C., d’une capacité de 15 000 à 17 000 spectateurs. Les acteurs ont été placés sur une estrade, il y avait une partie intérieure où ils ont répété et les spectateurs ont été placés sur le flanc de la colline, où ils avaient l'habitude de faire la fête. À la fin du Ve siècle av. C. les plates-formes en bois primitives ont été remplacées par des gradins en ciment. Il comportait 46 marches divisées en deux niveaux par un couloir circulaire. Dans la partie centrale et la dernière partie des premiers stands, il y avait 67 sièges qui ont ensuite été fabriqués en marbre décoré et réservés à des postes élevés.


TOP 8:

LE TEMPLE DE POSEIDON

LE TEMPLE DE POSEIDON
Les ruines du temple de Poséidon, construit au 5ème siècle avant JC. C. sur les ruines d’un temple construit à l’époque archaïque, elles sont perchées sur la mer à une hauteur de près de 60 mètres. Les colonnes du temple mesurent 6,10 m de haut, avec un diamètre de 1 mètre à la base et 79 centimètres de haut. Leurs vergetures, moins que d'habitude (16 au lieu de 20), devaient résister à l'action érosive de l'air marin. La pierre a été extraite d'Agrileza, à proximité. Le poète anglais Lord Byron a gravé son nom dans l'une des colonnes.

TOP 7:

LE THÉÂTRE EPIDAUR

LE THÉÂTRE EPIDAUR
Le théâtre d'Épidaure est un théâtre antique d'Argolis, construit au IVe siècle av. C. d'accueillir l'Asclepeia, concours en l'honneur du dieu médical Asclepius. C'est le modèle de nombreux théâtres grecs.

TOP 6:

LE TEMPLE D'ARTEMISA À CORFÚ

LE TEMPLE D'ARTEMISA À CORFÚ
Très probablement, le temple dédié à Artémis cité par Cicéron n’a pas encore été identifié. Il pourrait coïncider avec le grand temple ionien, dont seules les fondations ont été préservées. Les fouilles ont eu lieu sous le palais Vermexio, du côté nord de la cathédrale. Nul doute que le culte d'Artémis était très important à Syracuse. Nous savons que Pindare a appelé Ortygie "la demeure de la rivière Artemis" (Píticas, II, 11). En outre, Tito Livio (XXV, 33) rappelle que la fête d'Artemis était la principale célébration de la ville. Cela a duré trois jours.

TOP 5:

L'ERECTEION

L'ERECTEION
Situé dans l'Acropole d'Athènes, l'Erechthéion est un temple grec érigé sur le côté nord de l'Acropole d'Athènes en l'honneur d'Athéna Polias, de Poséidon et d'Erechtheum, roi mythique de la ville. L'ordre ionique, aérophile, attribué à l'architecte Filocles est l'un des plus beaux monuments architecturaux grecs. Il est fait de marbre pentélique. Sa construction a commencé en 421 à. C. et il a été conclu en 406 a. C. Son nom, qui signifie "celui qui secoue la Terre", désigne le surnom de Poséidon. Il remplace le temple archaïque d'Athéna Polias situé entre le Parthénon et le site actuel et qui a été détruit par les Perses en 480 av. C. pendant les guerres médicales.

TOP 4:

LE DELFOS ORACLE

LE DELFOS ORACLE
L'oracle de Delphes était une grande enceinte sacrée dédiée principalement au dieu Apollon qui avait au centre son grand temple, auquel les Grecs allaient demander aux dieux des questions troublantes. Situé en Grèce, sur le site de l'ancienne cité de Delphes (qui n'existe plus aujourd'hui), au pied du mont Parnasse, au milieu des monts Phocis, à 700 m d'altitude et à 9 km de À 5 km du golfe de Corinthe. De la montagne, des roches ont poussé plusieurs sources qui ont formé différentes sources. L'une des fontaines les plus connues depuis l'Antiquité est la fontaine Castalia, entourée d'un bosquet de lauriers dédié à Apollon. La légende et la mythologie nous disent que sur le mont Parnasse et près de cette fontaine, il y avait des divinités, des déesses mineures du chant, de la poésie, appelées muses ainsi que des nymphes des fontaines, appelées Naïades. Dans ces réunions, Apollo jouait de la lyre et les divinités chantaient.


TOP 3:

LE TEMPLE D'ARTEMISA IN EPHESUS

LE TEMPLE D'ARTEMISA IN EPHESUS
Le temple d'Artémis était un temple situé dans la ville d'Éphèse, en Turquie, dédié à la déesse Artémis, nommée Diane par les Romains. Sa construction fut lancée par le roi Creso de Lidia et dura environ 120 ans. De grande taille et de belle architecture, il est considéré comme l’une des sept merveilles du monde antique, comme l’a décrit Antipater de Sidon, qui a dressé la fameuse liste: j’ai posé mes yeux sur le mur de la douce Babylone, qui est une chaussée , et la statue de Zeus des alfeos, des jardins suspendus, du colosse du Soleil et de l’énorme travail des hautes pyramides et de la vaste tombe de Mausolo; mais quand j'ai vu la maison d'Artémis, perchée là dans les nuages, ces autres billes ont perdu leur éclat, et j'ai dit: à part l'Olympe, le soleil n'a jamais semblé aussi grand. Antipater of Anthon Greek Anthology (IX.58)

TOP 2:

LE TEMPLE DE ZEUS À OLIMPIA

LE TEMPLE DE ZEUS À OLIMPIA
Le temple de Zeus Olympien à Olympie, construit entre 470 et 456 à. C. était le modèle des temples grecs classiques de l'ordre dorique.Le temple a été construit sur le sanctuaire le plus célèbre de toute la Grèce, qui avait été dédié aux divinités panhelléniques locales et a probablement été établi vers la fin de la période mycénienne. L'Altis, annexe avec son bosquet sacré, les autels à ciel ouvert et le tumulus de Pélope, date des 10ème et 9ème siècles avant notre ère. C., lorsque le culte de Zeus a rejoint le culte déjà établi d'Héra. Le temple abritait la statue de Zeus qui était l'une des sept merveilles du monde antique. La statue de criselefantina avait environ 13 mètres de haut et avait été sculptée par Phidias dans son atelier à Olympie. Le bâtiment a été construit par l'architecte Libón, avec des frises sculptées de métopes et de triglyphes et frontons pleins de sculptures de style sévère, qui sont maintenant attribués au maître d'Olympie et à son école. La structure principale du bâtiment était en calcaire local, qui n’était ni coloré, ni de très mauvaise qualité. Il était donc recouvert d’une fine couche de stuc lui donnant l’apparence du marbre. Toute la décoration sculpturale du temple était en marbre de Paros et les tuiles du toit étaient du même marbre Pentélico que celui utilisé pour construire le Parthénon à Athènes. Héraclès démolit l'ordre ancien: métope d'Héraclès et le taureau de Crète (musée du Louvre). Le thème qui unit l’iconographie du temple est le diké, une justice basée sur les coutumes représentées par Zeus, son défenseur.

TOP 1:

LE PARTENON

LE PARTENON
Le Parthénon (en grec ancien Παρθενών / Parthenṓn (tiré de παρθένος, nom féminin, "jeune femme vierge") est littéralement "la résidence des jeunes femmes" 1, c'est-à-dire ici "la résidence d'Athéna Parthénos"). Le Parthénon est l'un des principaux temples doriques préservés, construit entre 447 et 432 a. C., ses dimensions approximatives sont: 69,5 mètres de long sur 30,9 mètres de large; Les colonnes ont une hauteur de 10,4 mètres. Il est dédié à la déesse grecque Athéna, que les Athéniens considéraient comme sa protectrice. Il fait partie de l'Acropole d'Athènes.